Accueil | édito

Le coup de coeur (artistique) du mois...

28/09/2015

La recette de l’houmous de mon voisin syrien…

Vendômoise d’adoption, j’ai habité pendant quatre ans dans une charmante copropriété en bord de Loir,  partageant une vaste cour avec d’autres résidents.

Aux beaux jours, nous avions pris l’habitude de nous retrouver en fin de journée pour discuter,  prendre l’apéritif,  écouter de la musique.

Et parfois, célébré comme un véritable festin, nous partagions un repas composé de caviar d’aubergines, de purée d’ail, de poulet citronné et d’un délicieux houmous, préparé par mon voisin syrien, Mohammad.

Mohammed ou Mohammad ? En raison de l’accent, nous hésitions au début…

L’ingrédient principal de l’houmous, c’est le Tahini. On ne le trouve que dans deux endroits à Vendôme. Le magasin bio situé à côté du Mac Do, et l’épicerie « arabe » du quartier des Rottes. Le package n’est pas le même, le prix non plus… Souhaitant apprendre à cuisiner l’houmous, j’y suis allée plusieurs fois en acheter avec Mohammad.

Et je le regardais préparer l’houmous. Il avait une minuscule cuisine, dans laquelle seul le persil plat, cultivé en bordure de fenêtre, retenait son attention. Son repère.

Mohammad est, comme moi, âgé d’une trentaine d’années. Il a suivi des études supérieures en Syrie, est arrivé en France il y a  environ six ans et y travaille depuis en tant que médecin. Il adore les Beatles, Edith Piaf et Monica Bellucci…  Il a, comme moi, des parents vieillissants, et un frère.

Lorsque nous cohabitions, je l’ai vu apprendre la guitare, passer son permis de conduire, acheter une voiture.  Un voisin presque comme les autres.

A ceci près que sa mère, gravement malade, accède difficilement aux soins à Damas. Son frère, marié et père d’une petite fille, a dû quitter clandestinement la Syrie il y a deux ans pour rejoindre les Pays-Bas, avec l’espoir d’y faire venir sa famille.

D’origine palestinienne, iI m’a également raconté que sa grand-mère avait gardé les clefs de sa maison sur elle  jusqu’à la fin de sa vie, convaincue qu’elle y retournerait avant sa mort.

Déraciné deux fois. C’est tout ce que je sais.

Mohammad n’aimait pas en parler.  A mes questions sur la situation là-bas, en Syrie, il me répondait avec un certain malaise : « tu sais, Pauline, c’est le chaos là-bas ».  Mais comment imaginer le chaos… J’ai fini par arrêter de vouloir savoir. De le considérer comme une source alternative d’informations.

Il n’a pas échoué sur une plage déserte dans le plus grand dénuement, il gagne bien sa vie en France, consomme et a noué des liens… Mais il est malgré tout, et reste avant tout, « victime » de ce chaos. Il ne sait pas quand il pourra revoir ses parents. Et  lui, il n’aime pas se retrouver en vacances. Certainement parce que le principal voyage qu’il souhaiterait entreprendre lui est impossible. Contraint à l’exil.

Lorsque Mohammad préparait l’houmous, il m’en donnait  toujours « un peu » (l’équivalent de trois repas…). C’était notre lien. Et plus que le témoignage de sa dramatique expérience, c’est cela qu’il souhaitait me transmettre.

Aujourd’hui, je suis de moins en moins le flux incessant des « actualités  ». Mais à l’écoute des débats technocratiques sur ces dorénavant  « fameux » réfugiés, je repense à la recette de Mohammad. Cette simple recette que je m’applique à reproduire chaque fois que je souhaite voyager dans les saveurs et partager un moment de convivialité. Et chaque fois, en en préparant toujours un peu plus que pour moi-même…

Recette de l’houmous > Mettre une boite de pois chiches cuits dans un mixeur, ajouter un peu de citron, de sel et d’eau. Mixer. Ajouter beaucoup de Tahini, Mixer. Ajouter au centre du plat quelques feuilles de persil plat pour la déco. C’est prêt ! Se conserve facilement dans un endroit frais pendant plusieurs jours.

PS : pour ceux qui se demandent quel est le rapport avec l’art… J’ai pris conscience il y a peu de temps  que la cuisine est une source de créativité comme une autre. A travers ma rencontre avec Mohammad, j’ai compris que, comme l’art et la culture, elle est également source d’échange, de réflexion et de lien social….


Pauline Staes
Chargée de communication à L'Hectare

Tous les éditos

Rechercher

Ecrit par Edouard Clément - 14/05/2019

Que vive Notre-Dame de Paris !


Nous avons tous été sidérés et profondément tristes devant les images de l’incendie de la cathédrale de Paris le 15 avril 2019. Des flammes immenses jaillissant de la charpente de la nef et la flèche du transept qui tombe comme une torche géante en provoquant l’effondrement d’une partie de la voûte. Les pompiers de Paris semblaient minuscules en haut de leurs échelles tout comme leurs gerbes d’eau. Ils ont combattu toute la nuit.


Nous avons tous déjà vu ou visité Notre-Dame de Paris, comme des millions de touristes du monde entier. Elle est le symbole de Paris. Que nous soyo [...]

07/09/2018 Abonnez-vous à la saison culturelle 18/19! Toute l'équipe de L'Hectare vous accueille au Minotaure du lundi au vendredi de 13h30 à 18h, et les 1er et 3ème samedis de chaque mois de 10h à 12h.
ABONNEZ-VOUS
//////////////////////////////////////////////////
13/12/2017 La billetterie du Minotaure est exceptionnellement fermée ces mercredi 13 et jeudi 14 décembre. Nous vous remercions de votre compréhension.
Fermeture exceptionnelle
//////////////////////////////////////////////////
29/11/2017 BIENTOT NOEL! Choisissez parmi toute la programmation 17/18 un cadeau d'émotion ! Prévoyez de réserver avant le 22 décembre, la billetterie du Minotaure sera fermée du 23 déc. au 6 jan. inclus..
Réservez vos places
//////////////////////////////////////////////////

Ateliers Cirque |
//////////////////////////////////////////////////
Bulletin Inscription Ateliers Cirque |
//////////////////////////////////////////////////
Programme AOSF 2019 |
//////////////////////////////////////////////////
Karaoke |
//////////////////////////////////////////////////
Mue |
//////////////////////////////////////////////////

[Dernières vidéos]
[Derniers extraits audios]

//////////////////////////////////////////////////